La Marche Afghane

Cette page est en consruction...

J'étudie actuellement les textes de Edouard G. Stiegler, j'expérimente les techniques qu'il a observé lors de son voyage en Afghanistan auprès des nomades Koutchis. Cette page sera bientôt complète sur ce sujet.

En attendant, vous pouvez déjà lire un premier article que j'ai rédigé sur mes premières expériences avec la marche afghane en cliquant ici.

Edouard G.Stiegler, l'homme qui a révélé cette discipline

Parti pour un an en Afghanistan au début des années 80 pour réaliser une mission économique sous l'égide de l'ONU, ce grand marcheur Français, adepte convaincu de la respiration rythmique (notamment les doctrines d'Hanish),  est alors captivé par les nomades caravaniers.

 

Il écrit son livre-phare en 1981 pour partager ses découvertes «La régénération par la marche afghane».

Il décède malheureusement en 1986.

Pratique ancestrale sur la terre des origines... La Perse

La Marche Afghane  trouve son origine sur les terres de la Perse Zoroastrienne (Iran  Afghanistan d'aujourd'hui) dans l'une des plus grandes traditions qui soit, qui a vu naître des guerriers, des surhommes, tels que Zoroastre, le Roi Darius, Alexandre Le grand.

Mais c'est aussi une terre de grande tradition nomade, même encore aujourd'hui, et c'est auprès d'eux, plus particulièrement les "Maldars", caravaniers-marchands qui transportent des marchandises sur de très longues distances, que Mr Stiegler a pu faire ses observations et rapporter en Europe cette technique qui apporte force vitale, calme et dignité.

Étudier son livre m'a replongé dans un voyage d'un an et demi en Iran, que j'ai eu la chance de vivre à 20 ans, pendant lequel j’ai partagé plusieurs journées avec des nomades dans la région de Shiraz.